Sélectionner une page
Conjoncture immobilière

Point sur le marché immobilier

Au niveau national, les prix ralentissent leur hausse, et le nombre de ventes stagne, voire régresse en région parisienne : le marché se trouve probablement à un tournant, même si de grandes disparités subsistent entre régions.

Le pic du nombre de vente est derrière nous

Les réseaux d’agences immobilières présentent des évolutions de leur nombre de ventes assez différentes. La Fédération de l’immobilier, Guy Hoquet et ERA Immobilier font état d’augmentations respectives de 3,4 %, de 4,2 % et de 4,3 %. Century 21 et MeilleursAgents.com eux constatent une stabilisation du marché. Par contre le réseau Orpi constate un baisse de son activité.

Malgré la bonne santé du secteur, le volume des ventes en 2018 ne devrait pas atteindre record de 2017. La Fnaim comptabilise 950 000 ventes sur une année glissante, soit une hausse de 3,4 % par rapport à la même période en 2017 (919 000 ventes), mais c’est 1 % de moins par rapport à décembre 2017, quand le record de 960 000 ventes annuelles avait été établi.

Les prix devraient s’assagir

Concernant l’évolution des prix, tous les professionnels de l’immobilier observent une hausse comprise entre 1 % et 4,3 % au niveau national au premier semestre 2018. On parle de 4,1% sur le marché lyonnais. Cependant, il convient d’être prudent. Cette hausse des prix immobiliers ne pourra continuer à ce rythme. Le pouvoir d’achat des français n’augmente pas aussi vite. Jusque là les acheteurs ont fait des efforts en achetant plus petit, en empruntant plus longtemps, en augmentant leur apport personnel et en s’appuyant surtout sur des taux très bas. Cependant, la conséquence des ces taux très bas est que les banques se mettent en danger en réduisant leur rémunération. Même si tout est fait pour retarder cette échéance,  à un moment ou un autre les banques centrales devront remonter les taux. Mécaniquement cela devrait faire baisser la demande et donc les prix.

Notre conseil

Vu le niveau des taux sur les prêts immobiliers, emprunter reste (pour le moment) une opération (relativement) peu onéreuse. Même si le marché ralenti, les prix ne s’effondreront pas. La période reste donc favorable à l’acquisition de votre résidence principale. Toutefois il convient de faire attention à acheter au juste prix. De plus, acheter sur des secteur très recherché réduit fortement le risque de déconvenue à la revente.

N
 

REUSSISSEZ VOTRE VENTE

Avec une bonne estimation !